MARTHA TEFERRA MEKONNEN

Chant et krar (LYRE / HARP)
Chants traditionnels de l’Ethiopie

« Vivre pour le Krar »

Performance Solo
Martha Teferra Mekonnen joue un type très spécial et rare de la musique éthiopienne: le «Krar-Chawatah” (Krar playing).
La fille du célèbre pianiste Teferra Mekonnen est né à Addis Abeba en 1972 où elle a visité l’école de musique Yared et le fait d’apprendre le Krar faisait partie de son éducation.

De 2005 à 2009, elle a eu beaucoup de concerts devant un large public à Addis-Abeba.
Depuis Juin 2010, elle vit à Berlin où elle se produit au Karneval der Kulturen. A Cologne, elle a joué lors des événements de la DAESAV Union germano-éthiopien des étudiants et des diplômés.

Sa grande idole est l’artiste éthiopienne Asnakech Worku qui était la première femme et actrice qui a joué sur une scène de théâtre à Addis Abeba. Depuis lors, les personnages féminins ont toujours été joué par des acteurs masculins. Plus tard Asnakech Worku s’est principalement concentrée sur le Krar et mourut en 2011. Jusqu’ici (1970) les rôles féminins étaient toujours joués par les mimes masculins.

L’origine de l’instrument Krar réside dans la région de l’Amhara et de Tigray. Pour les oreilles européennes, le Krar est un monde mystique étonnant des sons émergeant lorsque vous offre à la lecture Krar qui utilise quatre échelles différentes avec cinq tons, respectivement. Le joueur Krar fait face à un seul problème que pour changer l’échelle l’instrument doit être à l’écoute. En Ethiopie, il est de coutume que pendant ces pauses forcées, les spectateurs se mettent à discuter sur les paroles des chansons qu’on chantait à longueur, le café, le thé et Tala sont aussi servis pendant cettepause.

La lyre de l’Amhara et de Tigray
6 cordes, 4 échelles: Tizita, Bati, Anchi, Hoye Lene et Ambassel

Tizita
la première des quatre cinq échelles de tons
Tizita signifie se donner le courage de vivre des expériences passées. On pourrait penser que dans cette forme les paroles dictent la mélodie.

Bati
la deuxième des quatre cinq échelles de tons
Bati est le son d’un lieu du même nom situé dans les hauts plateaux éthiopiens centrales.

Anchi Hoye Lene
Le troisième des quatre cinq échelles de tons.

Ambassel
Le quatrième des quatre à cinq tons échelles
Ambassel est aussi le son d’un autre lieu dans les hauts plateaux éthiopiens centrales.