DJATOU TOURÉ

Chanteuse de Côte-d’Ivoire

AfriPop & WORLD MUSIC
Jazz & Traditionel & Gospel
en bambara, francais et anglais

 * avec la groupe AfriPop:
Djatou TouréVoc, Comp; Côte-d’Ivoire
Arenor Anuku Guitar; Dtld-Nigeria
Morris Mungoy Drums; Mozambique
Carolyn del Rosario Piano; Philippinen
Jeff Chappah Bass; Namibia
standby: Cremildo de Caifaz Guitar; Mozambique

* Solo – traditionel
Acapella + Percussion: Arhoko & Calabasse

www.djatou-toure.de

Djatou Touré a fusionné avec la poésie moderne d’AfroBeatz dans les différentes langues.
Elle a gagné le Prix de musique Karneval der Kulturen Berlin 2007.
Djatou Touré est fille du peuple Mandinge avec la croyance dans les déesses de la terre, les arbres et la nature. Elle est doué d’une belle, clairs, blues, rock, voix pleine de puissance. Depuis 1997, elle est en Europe, notamment à Berlin à la maison et effectue des chants traditionnels de l’Afrique de l’Ouest, des standards de jazz, des improvisations de jazz et de compositions propres en français, en anglais et sa langue maternelle Bambara.
Quand elle était une petite fille sa grande passion de Djatou Touré était déjà la musique, et même alors, elle savait que la musique est le guide de leur cycle de vie. «Je suis née pour être une chanteuse», dit-elle. Djatou Touré était un visiteur régulier aux studios d’enregistrement de son père Souleymane Touré, qui a immédiatement reconnu son talent et l’a encouragée à faire ami enregistrements professionnels. Comme cela tout a commencé. – Elle a fait ses études dans la plus grande école d’art en Côte-d’Ivoire »Ecole Nationale des Arts – ENA » et a été membre du Syndicat National des Artistes Musiciens de Côte d’Ivoire, Abidjan. En plus, elle était élève du célèbre professeur Atta Kouassi (chef de la Télévision Orchestre National de Côte-d’Ivoire).
Elle a travaillé dans les émissions de télévision et de radio comme, par exemple, dans «Première Chance2», «Podium» ou «Vacances Culture», une émission de radio, couvrant des sujets tels que la danse traditionnelle et les événements traditionnels africains au centre. Elle a fondé son propre groupe Novo-Groupe Quartett à Abidjan et jusqu’en 1997, elle a donné de nombreux concerts avec des musiciens renommées et internationales, tels que avec Koumba Sidibé (Mali) et Tiken Jah (Côte-d’Ivoire), George Mackintosh (Liberia), et dans le chœur du groupe Les Woudy, Blebo & Co.
En 1996, elle a fait une formation en danse à l’École internationale de la danse, la musique, la chorégraphie et le théâtre «Village KI YI Culture».

Elle est engagée dans la lutte contre FGM – Female Genital Mutilation, contre les mutilations génitales féminines dans les différentes parties de l’Afrique et sur d’autres continents:
«32 filles ne pouvaient pas être sauvés, mais la génération actuelle est d’arrêter ce rituel!» (DT) à travers leur musique qu’ils veulent rendre les gens conscients de ce problème, que les vies de millions de femmes est dévastées.

Pour d’autres informations: www.djatou-toure.de